Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 11:07

 

Fragment de la première séance du film collectif encadré par Xavier Christiaens - janvier 2017

 

INSCRIPTIONS SUR LE SITE DE L'UNIVERSITÉ DE GRENOBLE DU 10 AVRIL AU 19 MAI

 

Dans un grand classeur noir, qui se feuillette comme un livre ancien, les étudiants ont glissé leur collecte du jour.
Un texte de Michel Fano, réalisateur du Territoire des autres, un poème de Nikita, l’histoire de Bébé Nzé la panthère née en captivité, contée par Natyvel.

Ce soir, ils verront la première lettre de l’abécédaire de Gilles Deleuze : A comme animal.

Car cette année, le film collectif s’engage sur cette piste. Celle de l’altérité non parlante qui parle de nous, des autres vivants qui nous regardent, celle de notre monde commun, celle de la douleur et de la tendresse, du meurtre et de la compassion.
Comment filmer ce qui nous lie aux bêtes, ce qui nous en sépare ? Mais aussi comment faire un film à 12 qui soit un film d’auteurs ? Comment rendre possible un point de vue commun qui ne soit pas celui du plus petit dénominateur commun, comment proscrire le consensus tout en laissant la place à chacun et aux autres. Le film collectif affirme l’importance d’aller au bout d’une idée, d’une tentative. Il dit qu’on ne pense pas seul mais qu’on peut résister à la pensée commune.

Cet exercice questionné chaque année, chaque année réinventé, demeure une étape essentielle de cette formation née il y a 17 ans de la rencontre audacieuse entre l’Université de Grenoble et Ardèche images.

Cette année de Master est courte pour son intensité. En moins d’un an, les étudiants en réalisation auront suivi 2 mois et demi de cours théoriques à la fac, appris à se servir des outils du cinéma, réalisé trois films et écrit un projet susceptible  d’être produit dans les deux ans à venir grâce aux Rencontres Premiers Films. Ils auront vu et commenté passionnément des dizaines et des dizaines de films dans la salle de cinéma de Lussas, avec leurs camarades de l'option production, créée en 2008. Après les cours pris en commun à Grenoble avec les réalisateurs, les étudiants producteurs  suivent à Lussas, en compagnie de stagiaires en formation continue, des ateliers professionnels. Avant de partir pour un stage de trois mois et pendant que leurs camarades arpentent le territoire du film collectif, ils s’attellent à « filmer une parole » pour mieux comprendre ce que réaliser veut dire.
À chaque étape de cet apprentissage, indissociable de l’expérience vécue et partagée dans ce village, les étudiants sont accompagnés par des auteurs-réalisateurs, des techniciens, des producteurs, des professionnels, engagés à leurs côtés…

L’engagement est peut être, s’il fallait en trouver un, le maître mot ici.

En été, le premier jour des États généraux, les étudiants sortants rencontrent ceux qui arrivent. Ils leur confient les secrets des meilleurs gîtes et bien d’autres choses encore.

Repost 0
Published by école documentaire de Lussas
commenter cet article
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 13:03
Repost 0
Published by école documentaire de Lussas
commenter cet article
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 15:01

Nous ouvrirons le bal, la soirée de clôture des États généraux (22 août).

Nous regarderons danser et nous ferons danser ceux qui regardent...
Jusqu'au petit matin sur des films qui mèneront la danse!

Également au programme de ce joyeux anniversaire, des bandes-annonces composées avec des extraits de films de fin d'études réalisés au cours de ces quinze années, mais aussi les bandes-annonces du Mois du film documentaire réalisées par la 15e promotion en réalisation. Et bien sûr la sélection spéciale Tënk de films travaillés à Lussas et produits dans le prolongement des Rencontres Premiers films organisées à Lussas chaque année.

 

La fête des 15 ans ou "la quinceanera"
Repost 0
Published by école documentaire de Lussas
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 18:18
Projections des films de fin d'études - 27 & 28 mai à Lussas
Repost 0
Published by école documentaire de Lussas
commenter cet article
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 12:10
Inscriptions ouvertes au master documentaire de création
Repost 0
Published by école documentaire de Lussas
commenter cet article
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 13:00

Affiche-film-co-Finale_web_2-copie-1.jpg

 

  Autour de Largentière, à l'ombre de la mine, sur les bords de routes, un paysage se dessine à partir de ce qui n'est plus...On récupère, fabrique, rafistole, pour sonder au présent ce que nous arpentons…

Repost 0
Published by école documentaire de Lussas - dans Master2 Réalisation
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 11:05

Invitation-projection-fdf-promotion-2015.jpg

  © Dominique Jouffre


Mercredi, c'était le grand soir, la projection des films  réalisés par les 5 étudiants en Production du master.

Après avoir travaillé sur l'écriture et le tournage avec Matthieu Canaguier puis pendant deux semaines avec Cécile Martinaud au montage, nous avons eu le plaisir de regarder des films qui ont pris les risques d'aller vers ceux qu'ils ne connaissaient pas, pour chercher la rencontre, capter l'univers d'une personne, d'un lieu, d'une pratique.

Merci à tout ce travail et bonne chance pour les 3 mois de stages dans une structure de production!

 

 

Repost 0
Published by école documentaire de Lussas - dans Master2 Production
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 10:18

P1080320-copie-2.JPGP1080319-copie-1

 

cherche ses traces, sur les lieux où le présent prend ses marques....

Jacques Deschamps suit cette affaire de près, et les étudiants poursuivront leur film au montage avec Agnès Bruckert pendant presque 4 semaines, pour qu'un film naisse comme un territoire sur une carte.

À poursuivre....

 

 

Repost 0
Published by école documentaire de Lussas - dans Master2 Réalisation
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 15:50

 

 

master class 15eme promo151-copie-1

TariqTeguia142

 

Tariq Teguia vient pour la première fois en hiver à Lussas. Il pleut. Lundi matin pas de boulangerie, il est trop tard, les cafés du village sont fermés. Il faut prendre la voiture jusqu'au prochain village, commerces fermés. La faim passe. Première fois qu'il intervient à l'école documentaire. Il sera là pour 5 jours, une master class avec les étudiants en réalisation.

Il parlera de ses films, ils parleront de leur film.

 

Intensité, nécessité, vitalité. il nous parle de son expérience. Résister pour ne rien lâcher, pour que le film se fasse jusqu'au bout, sans concession aucune, le film.

 

"Les films, vous avez compris,

il ne faut pas les rêver,

il faut les faire!"

 

 

"Il faut être sismique. Capter tout ce qui se passe autour, sur le tournage, avant , après... Il faut essayer de se brancher avec le monde. Il n'y a pas de formule."


"Ne pas accepter la simplification "fait court".

Résister au "log line", au résumé du résumé."

 

 

"N'ayez jamais l'impression de faire le film de quelqu'un d'autre, d'où la nécessité d'un savoir technique minimal, de savoir de quoi est faite une image.

Il faut que ce soit  VOS images, VOS sons, VOTRE rythme."

 

Aucun plan n'est donné, tout est bataille.

 

 

"A propos d'Inland, comment rendre compte de cet après-guerre en Algérie?

Je me suis déplacé, je suis allé voir.

Rouler, regarder, discuter avec les gens.

Qu'est-ce qui se joue là, à ce moment là, dans ces espaces?

Par arpentages se construisent les repérages, les prises de note, les cartographies."

 

"La liberté ça coûte cher. On la paie un jour ou l'autre...la santé, les amis...."

 

"Résister à ce conditionnement dans une époque qui ne reconnaît que le marché, qui ne reconnaît que les choses et leur prix.

Il faudra être très subtil, très fort!

Il faut inventer son système."

 

 


Repost 0
Published by école documentaire de Lussas - dans Master2 Réalisation
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 10:56

derushBD+etud light

                       Séance de derushage avec les étudiants et Benoit Dervaux - 


"Dans la Devinière, il n'y a pas de paroles, c'est le sous-texte qui m'intéresse, la parole qu'il y a derrière les mots." B.D.

 

Alors que l'hiver ne vient pas, Benoît a traversé une partie de la Belgique puis de la France pour accompagner les premiers petits films que les étudiants réalisent avant le film collectif et leur film de fin d'études. Filmer la parole, c'est le mot d'ordre, à déjouer, à interpréter...Etre à l'écoute de l'autre pour donner à voir. Prendre les risques d'aller vers un langage, un univers qui ne nous ressemble pas. Expérimenter l'alérité, entre l'autre et le moi, il y a à mi-chemin le film. Une tentative d'aller à la rencontre avec ses façons de voir. Mais ce n'est pas si facile...


- quelques mots sur la rencontre 

 

 

-...sur la parole

 

 

-..sur la présence

 

 

- anecdote de tournage sur Gigi, Monica et Bianca

 

 


Repost 0
Published by école documentaire de Lussas - dans Master2 Réalisation
commenter cet article